Vaginisme : symptômes, causes et traitement

Le vaginisme est un problème sexuel qui touche des milliers de femmes. Il s'agit d'une affection assez courante caractérisée par une contraction involontaire et prolongée des muscles du plancher pelvien (qui se trouvent autour du vagin). Cette contraction a pour effet de rendre la pénétration douloureuse ou impossible, mais ce n'est pas tout. L'insertion d'un tampon absorbant peut également être problématique, par exemple. Tout acte visant à une pénétration sexuelle ou clinique (comme le pénis, le doigt, le col, le spéculum) peut devenir douloureux. Voyons de plus près la définition du vaginisme, quelles femmes sont concernées, les causes et les solutions possibles au problème.

Qu'est-ce que le vaginisme?

Le vaginisme est une contraction involontaire du vagin. L'OMS (Organisation mondiale de la santé) définit cette affection comme suit : la contraction involontaire, répétée et persistante des muscles périnéaux qui entourent le début du canal vaginal lors d'une tentative de pénétration avec le pénis, un doigt, un tampon interne ou un spéculum. Il s'agit d'un réflexe qui se produit à chaque tentative de pénétration : l'ouverture vaginale se comprime instinctivement grâce aux muscles périnéaux. La femme n'a aucun contrôle sur ce mécanisme. De manière plus simple, on peut dire qu'il s'agit de spasmes involontaires qui provoquent des douleurs lors de la pénétration vaginale. Chez de nombreuses femmes, la simple pensée de la pénétration peut déclencher ce mécanisme. La pénétration devient alors une source de peur et de panique. Une femme souffrant de vaginisme peut souvent éviter la pénétration et la contourner lors d'un rapport sexuel ou de toute autre situation.

Les cas les plus courants se produisent à chaque tentative de pénétration, mais parfois le blocage ne se produit qu'avec le pénis. Pour comprendre ce problème, les médecins utilisent parfois l'image d'une contraction involontaire des yeux (clignement) à l'approche d'une poussière, par exemple. Dans la plupart des cas, la contraction musculaire n'est pas douloureuse, mais la tentative de pénétration alors que le vagin est "fermé" l'est. Ce n'est donc pas le vaginisme qui provoque la douleur, mais la tentative de pénétration. Ce cercle vicieux comprend : l'appréhension de la douleur, la contraction des muscles périnéaux, qui peut provoquer une douleur, renforçant ainsi la préoccupation de la pénétration. Les causes sont diverses et, même si elles sont psychologiques, la douleur est réelle et intense.

L'impact du problème sur les femmes

Il est souvent difficile de sortir du cercle vicieux du vaginisme, car il peut se transformer en un phénomène complexe de rejet (voire de phobie) sexuel associé à la frigidité. Bien entendu, le rôle du partenaire est extrêmement important, car le jugement d'un autre peut avoir de graves conséquences sur la psychologie de la femme. Le vaginisme ne bloque cependant pas l'excitation ou la stimulation sexuelle : une femme peut avoir du plaisir à d'autres endroits, et son vagin produit normalement de la lubrification. Les choses se compliquent généralement à l'approche de la pénétration. Il existe différents types de vaginisme, que nous allons détailler ci-dessous. Dans les prochains sujets, nous comprendrons ce qui entre en jeu dans les différents types de vaginisme.

Vaginisme de type "phobique"

Le vaginisme primaire de type "phobique" est une affection où la peur et l'appréhension de la douleur sont au premier plan chez les femmes. Souvent, cela est dû à un manque d'information et à une image déformée du sexe et de sa réalité. Par exemple, ces femmes ont peur d'avoir un vagin "trop petit". Ce sentiment alimente une anxiété de ressentir des douleurs pendant les rapports sexuels ou d'avoir une distension. La femme peut alors chercher des stratégies pour éviter son partenaire, comme éloigner sa main lors de certains touchers, avoir peur qu'il insère un doigt, garder les jambes serrées, etc. Si elle consent à la pénétration, le rapport sexuel sera douloureux ou impossible, ce qui alimente l'anxiété et la peur du prochain rapport sexuel. Le cercle vicieux ne se termine malheureusement pas tout seul, car il est très difficile de trouver des solutions par soi-même, sans l'aide d'un spécialiste ; et plus le temps passe, plus les peurs et les réflexes automatiques apparaissent. L'examen clinique est très compliqué, car l'insertion d'un spéculum est impossible, et dans la vie quotidienne, la femme est également affectée : elle ne peut pas utiliser d'absorbants internes (O.B., par exemple) et restreint le choix de ses partenaires (préférant quelqu'un de plus gentil et de plus compréhensif).

En outre, la détresse psychologique est souvent grande par rapport au manque de compassion.

Qui dois-je consulter ?

Beaucoup ne consultent un médecin pour trouver des solutions au vaginisme que lorsqu'il y a des conflits dans la relation, lorsque la femme et son partenaire ne savent plus quoi faire. La femme craint généralement pour l'avenir du couple et a parfois le désir d'avoir un enfant et se sent poussée à aller chez le médecin. On suppose que le vaginisme touche 1 % des femmes en âge de procréer. Les femmes qui souhaitent consulter en raison de ce problème doivent d'abord s'adresser à un gynécologue.

Les différents types de vaginisme

Il existe deux types de vaginisme, selon le moment où les symptômes ont commencé chez la femme :

  • Le vaginisme primaire : la pénétration a toujours été impossible ou douloureuse. Il s'agit de la forme la plus courante de vaginisme. Il survient à un très jeune âge, au début de la vie sexuelle ; souvent la femme est encore vierge.
  • Le vaginisme secondaire : il survient au cours de la vie sexuelle et après une période satisfaisante, sans problème particulier.
  • On peut également distinguer deux autres types en fonction de la situation dans laquelle il survient :

    Le vaginisme de type "généralisé" : lorsqu'il survient dans toutes les situations, quel que soit le partenaire ou la tentative de pénétration (examen gynécologique, rapport sexuel). Vaginisme de type "situationnel" : lorsqu'il n'est pas la norme et se produit dans différentes situations ; par exemple : avec un partenaire spécifique, uniquement pendant les rapports sexuels, uniquement pendant les examens gynécologiques, etc. Par conséquent, la pénétration n'est pas toujours impossible.

    Le vaginisme est aussi devenu un tabou?

    Il s'agit d'un problème assez courant dans la sexualité féminine, qui peut être présent dès le début ou survenir plus tard dans la vie. Les femmes souffrant de vaginisme ont souvent honte et n'en parlent à personne, ce qui complique l'ensemble du traitement, car la personne peut avoir vécu avec ce problème pendant de nombreuses années. Le vaginisme est aux femmes ce que les problèmes d'érection sont aux hommes : il est difficile d'en parler car il touche à des questions intimes sensibles, faisant respectivement référence à la féminité ou à la masculinité de l'individu. Lorsqu'il s'agit de couples et de relations, le vaginisme peut même obliger les deux partenaires à cesser d'avoir des rapports sexuels. Ou bien, il peut aussi les obliger à opter pour des tentatives de grossesse par fécondation in vitro ou insémination artificielle, s'ils veulent avoir des enfants.

    Diagnostic

    Lors de la consultation pour le diagnostic du vaginisme, le médecin posera quelques questions et devra ensuite effectuer un examen gynécologique pour éliminer la possibilité qu'il existe une cause physique rendant la pénétration impossible. Parfois, un hymen très fort rend la pénétration impossible et il ne s'agit pas de vaginisme. Cependant, une hyménotomie (incision chirurgicale pour ouvrir l'hymen) ne garantit pas toujours le rétablissement d'une fonction sexuelle normale ; en effet, le vaginisme peut survenir plus tard, la femme se convainquant qu'elle avait ce "même problème" auparavant. De nombreuses femmes continuent à avoir une vie sexuelle active malgré le vaginisme, en excluant la pénétration de leurs pratiques. Après tout, un couple n'est pas nécessairement malheureux sans pénétration - bien que cela puisse présenter des limitations importantes en ce qui concerne la grossesse. Toutefois, cette condition ne doit pas être considérée comme une fatalité : il est possible de guérir le vaginisme si une femme le souhaite. Les femmes qui pensent avoir un vagin "trop étroit", par exemple, doivent "désapprendre" ce réflexe musculaire involontaire. Cela peut se faire par des exercices qui lui apprennent à contrôler les muscles autour du vagin.

    Les différentes causes du vaginisme

    Très souvent, le vaginisme primaire a une origine psychologique. Les causes possibles sont :

    • la rigueur religieuse ou le conformisme social, lorsqu'il existe une culpabilité vis-à-vis des plaisirs de son propre corps ;
    • antécédents d'abus sexuel, de harcèlement, de viol ou d'inceste
    • tendance homosexuelle latente (la pénétration par le pénis est répugnante)
    • rejet du partenaire, relation considérée comme désobligeante

    Le vaginisme secondaire nécessite la recherche d'une cause physiologique par le biais d'un examen gynécologique. Les causes possibles sont :

    • gynécologiques : mycose vaginale, vaginite liée à Trichomonas vaginalis, vaginite atrophique causée par la ménopause
    • obstétricales : lacération lors de l'accouchement, épisiotomie mal cicatrisée (acte chirurgical visant à ouvrir le périnée lors de l'accouchement)
    • iatrogène : cobaltothérapie (forte exposition à des radiations à haute énergie provenant d'une source de cobalt-60 pour détruire les cellules cancéreuses)

    La cause du vaginisme de type "phobie" n'est certainement pas toujours la même et dépend de chaque femme, chacune ayant sa propre histoire. On peut tout de même noter l'importance de l'enfance et de l'adolescence pour la découverte de son propre corps et de sa sexualité : cette phase a souvent manqué dans la vie de nombreuses jeunes femmes. Parfois, les interdits moraux ou religieux sont si forts que la découverte de sa propre sexualité est impossible pour les jeunes femmes. Un événement anodin peut aussi passer inaperçu (plus rarement, même causer un traumatisme), mais déclencher le vaginisme.

    Traitements du vaginisme

    S'il y a une blessure, le traitement sera spécifique contre la cause du problème. En l'absence de lésion, une thérapie avec des psychologues, de préférence spécialisés dans la sexualité, doit être envisagée. Votre patiente doit avoir la possibilité d'exprimer ses angoisses et de dialoguer avec le médecin ou le psychologue, dans le but de démystifier les idées fausses sur son état. Il peut être nécessaire de travailler sur le corps, le périnée, le vagin et de s'éduquer sexuellement et anatomiquement.


    A partir du moment où le vaginisme est un problème pour la vie sexuelle, que quelque chose apporte de la honte, de la douleur ou des complexes psychologiques, il est nécessaire de consulter un médecin et de ne pas cesser d'en parler. Les femmes, tout comme les hommes, peuvent avoir des problèmes sexuels. Ce qu'il faut garder à l'esprit, c'est que des solutions existent. La pénétration n'est pas le seul aspect de la sexualité (bien au contraire, la relation peut être très bonne sans elle !), mais il ne faut pas non plus rejeter la pénétration parce qu'on pense que son vagin est "trop étroit". N'oubliez pas que le fait de pousser ce problème sous le tapis pendant des années le rend plus difficile à guérir. Et c'est pourquoi il est important de consulter dès le début, plutôt que d'essayer de régler le problème tout seul.

    En outre, certaines femmes dans ce cas peuvent s'éloigner des hommes pour de mauvaises raisons (parce qu'elles sont confrontées à un partenaire incompréhensible sur le sujet, par exemple). Tous les hommes ne sont pas les mêmes et il est important que vous puissiez parler du problème avec votre partenaire.

    Les idées préconçues sur la pénétration évoluent, et nous savons que la majeure partie de la sexualité féminine se déroule en dehors du canal vaginal. Il est donc important que les femmes qui souffrent de ce problème ne vivent pas entourées de stéréotypes, tout comme un homme souffrant de dysfonctionnement érectile.

    Comment garder la forme en faisant l’amour ?
    Remèdes contre l’éjaculation précoce : quels sont les traitements ?

    Plan du site