BDSM : quelles sont les règles du jeu ?

BDSM

Publié le : 14 décembre 20226 mins de lecture

Pour mettre du piment dans votre vie sexuelle, vous pourriez explorer un nouveau côté. Il s’agit du BDSM, mais celui-ci peut prendre différentes formes et il est important de suivre les règles du jeu pour que le plaisir soit au rendez-vous.

Comment découvrir les jeux de domination ?

Si vous n’avez pas de partenaire, vous pourriez vous rendre sur le site erotism-telrose.fr pour vous faire une idée précise de la pratique en question. Il suffira alors de choisir la partenaire la plus appropriée en fonction de votre envie du moment. Si c’est un moment que vous souhaitez partager avec votre moitié, il est indispensable d’obtenir son consentement préalable. De ce fait, n’hésitez pas à prendre tous les renseignements nécessaires par rapport à cette pratique sexuelle et à vous montrer ouvert sur le dialogue. Ensuite, le travail préparatoire reste indispensable, car vous n’allez pas ligoter votre partenaire sans un minimum d’expérience. Dans le cas contraire, vous pourriez produire l’effet inverse et cela n’est absolument pas le but. La différence entre les jeux de domination et la violence conjugale reste uniquement le consentement. Donc, mettez bien au clair les choses dès le départ et n’ayez pas peur d’évoquer vos fantasmes avant le début de la séance.

Pour plus d'informations : BDSM : pourquoi la soumission provoque-t-elle du plaisir ?

La mise en place d’un safeword

Pour faire monter la tension, vous pourriez commencer votre jeu avec du sexe au tel. Ainsi, chaque partenaire aura le désir de rencontrer l’autre d’un point de vue physique. Mais n’oubliez pas d’envisager une porte de sortie au cours de vos ébats sexuels. Parfois, vous pourriez être pris dans un torrent d’excitations et ne pas vous rendre compte du mal que vous faites à votre partenaire. Si jamais une des deux personnes souhaite arrêter le jeu, elle emploiera un safeword. Il peut également s’agir d’un geste, particulièrement utile notamment si vous faites des jeux avec un bâillon. Choisissez un geste ou un mot facilement mémorisable. Par exemple, certaines personnes utilisent un code couleur. Si jamais le mot rouge est alors prononcé, cela signifie qu’il faut arrêter tout de suite. S’il s’agit du mot jaune, il faudra ralentir le rythme, car votre partenaire ne se sent pas à l’aise. Par contre, si le mot vert est employé, alors vous pouvez y aller de bon cœur.

Mettre en place des limites et les respecter

Tout au long de votre séance de bondage, vous devez vous sentir à l’aise et c’est exactement le même ressenti pour votre partenaire. Cependant, si vous devez systématiquement demander son consentement, le jeu perd clairement de son intérêt. Encore une fois, tout passe par une phase de dialogue avant de commencer vos ébats. Dans le jeu de domination, il s’agit d’employer des termes hard et soft concernant vos limites. Soft signifie que vous n’êtes pas intéressé par une pratique, mais que vous n’êtes pas fermé sur la chose, il faudra peut-être un peu plus de temps. Par contre, une limite hard représente un non catégorique. Cependant, les limites de chaque personne peuvent évoluer avec le temps. N’hésitez pas à dialoguer pour mettre les choses au clair, mais n’oubliez pas de les respecter systématiquement.

Que signifient les termes RACK et SSC ?

À vrai dire, ce sont des termes qui peuvent être vus comme une suggestion lorsque vous pratiquez le BDSM. Concernant l’expression SSC, elle signifie la réalisation de vos fantasmes, sans pour autant vous mettre dans une situation dans laquelle vous n’êtes pas à l’aise. Donc, vous devez impérativement avoir le consentement de toutes les personnes impliquées dans ce jeu. Concernant le terme RACK, vous avez conscience des risques potentiels dans la réalisation de votre fantasme. Mais il est vrai que la barrière est parfois très mince, car il n’est pas toujours évident de déterminer une excitation raisonnable par rapport à un fantasme extrême.

L’importance de connaître le corps humain

Que vous soyez une personne dominatrice ou passive, il est important de connaître votre corps et votre ressenti, mais c’est également le cas pour votre partenaire. De ce fait, il est important d’évaluer les risques dès le départ, notamment si vous pratiquez le sadomasochisme ou le bondage. Par exemple, si vous attachez votre partenaire, n’oubliez pas de vous assurer que la circulation sanguine n’est pas interrompue. Si la personne ressent des sensations de fourmillements ou devient bleuâtre, il faudra agir immédiatement.

Comme vous le voyez, les règles du jeu ne sont pas figées dans le marbre, mais vous devez prendre certaines précautions. Le plus important dans cette pratique sexuelle repose sur le dialogue et bien évidemment l’obtention de l’accord de votre partenaire.


Gode réaliste pour femme : précautions et conseils pour un première utilisation
Humping : une méthode de masturbation à connaître !

Plan du site